Carthage, cité de Hannibal

Kasserine, ville pauvre de Tunisie

Dans bien des domaines, Kasserine est vraiment une ville pauvre. Avec 40% de sa population au chômage, il est difficile de dire le contraire. Les infrastructures font cruellement défaut, il n'y a guère que le centre-ville qui dispose d'une route à peu près convenable. La ville dispose pourtant de nombreuses ressources, comme l'alfa, plante dont on se sert pour fabriquer du cellulose. Il y a du marbre et des vestiges romains importants. Toutes ces richesses s'en vont ailleurs, à Tunis et sur les côtes tunisiennes. En marginalisant Kasserine, le pouvoir voulait sans doute punir une région éternellement rebelle. Le dernier cinéma de cette ville de 100 000 habitants a fermé il y a quelques années.

Toutes les révolutions et les soulèvements qu'a connus la Tunisie ont commencé ici. Si les richesses ne sont pas mieux distribuées, les habitants se révolteront une nouvelle fois. Contrairement à la mauvaise réputation dont souffrent les kasserinois, je n'y ai vu que des gens extrêmement gentils et accueillants. Un dicton dit que l'on pleure une fois que l'on va à Kasserine et que l'on pleure quand on la quitte.

 

A lire aussi : le reportage sur Kasserine

Tunisie sous la neige : Le Kef et Hydra

Premières heures à Kasserine

Marche pour la défense des libertés à Tunis

Le procès Persepolis, un verdict crucial pour la Tunisie

Graffitis chez les Trabelsis

Du sols au plafond, tout a été pillé, saccagé et brûlé. Même le carrelage à disparu... Des graffeurs ont investi les lieux et ont entièrement repeint plusieurs maisons appartenant à la famille Trabelsi, celle de la femme de Ben-Ali. Ils étaient très connus pour leurs goûts du vol et du racket... Celle-ci se situe vers Marsa, à quelques kilomètres de Carthage.

Un clivage de plus en plus visible

Avenue Bourguiba, An I de la révolution tunisienne

Le Maroc dans l'attente

Presque trois mois au Maroc, j'y reviendrai c'est sûr. Je n'ai pas assez vu de choses, il y a tant à explorer ici. Ce que je retiens du pays où le soleil se couche, Al-Maghrib, c'est sa diversité. Dans les paysages, les climats, les gens... J'ai vu la mer, l'océan, des plaines et des vallées fertiles, le désert, des palmeraies et les neiges éternelles sur les montagnes de l'Atlas.

Pages