santé

Edito #16 et sommaire

Alors que l'on passait l'été à travailler sur ce 16ème numéro, les orteils dans le sable chaud des déserts médicaux, entre deux plongeons dans les remous de la tarification à l'acte, l'annonce de la fin des contrats aidés nous a porté un sacré coup au moral. C'est une nouvelle douche froide pour Lutopik qui venait d'essuyer un refus à sa demande d'aide sollicitée au titre du soutien à la presse d'information sociale de proximité. Nous avions pu en bénéficier il y a trois ans, lors de sa mise en place. Elle nous était déjà passée sous le nez la deuxième année au motif que notre publication était nationale. Pour compenser, nous avions déposé une demande exceptionnelle de subvention auprès de la Direction régionale des affaires culturelles de Franche-Comté qui avait été acceptée. Nous avions meilleur espoir cette année pour le fonds de soutien, à tort. Nous passerons donc très certainement l'année sans aide.

La faible diffusion que nous avons, tirage à 1.400 exemplaires, à peine moins de 500 abonnés, une présence dans une petite centaine de points de vente et sur quelques marchés ou festivals, ne nous permet pas de sortir la tête de l'eau. Nous avons fondé le magazine il y a plus de quatre ans par passion pour le journalisme, pour avoir la liberté d'écrire sur les sujets qui nous semblent pertinents et y consacrer tout le temps que nous voulions. Les ventes du premier numéro ont suffi à assurer celle du deuxième, et ainsi de suite. Cela nous permettait de poursuivre bénévolement l'aventure. Les aides publiques que nous avions reçues, 5.000 € deux années de suite, nous ont permis d'embaucher en contrat aidé l'un des deux fondateurs. L'année suivante, nos ressources propres nous permettaient tout juste de salarier une autre personne, elle aussi en contrat aidé. Nous sommes actuellement trois à nous consacrer exclusivement au magazine, dont un au RSA depuis le début.

La fin des contrats aidés sonne pour nous comme un retour à la précarité, que nous n'avons jamais vraiment quittée. Cette décision met aussi en jeu notre survie. Nous ne sommes pas les seuls dans cette situation, la politique menée par Macron et son gouvernement vont déstabiliser un nombre considérable de petites associations comme la nôtre. Le chemin de l'austérité générale, imposé à la population comme aux services publics, est intolérable. Il nous parait d'autant plus indécent que d'autres en profitent grassement. La ministre du Travail, qui coordonne l'affaiblissement de son Code, a touché plus d'un million d'euros en vendant les actions du groupe Danone alors qu'elle mettait en place une vague de licenciement. Le montant des dividendes atteint des records. Plus de 52 milliards d'euros ont été versés aux actionnaires du CAC 40 pendant le premier semestre ; c'est 26 % de plus en un an et cela représente les deux tiers des bénéfices de ces entreprises. Pendant que le revenu des ultras-riches augmente, on apprend que 3.250 ménages français cachent à eux seuls 140 milliards d'euros dans les paradis fiscaux. Et avec la baisse de l'ISF, ils paieront encore moins d'impôts sur ce qu'ils consentent à déclarer, etc..

Il devient difficile de penser que cette situation puisse tenir encore longtemps. La colère gronde et c'est à l'arrogance du pouvoir qu'elle se confronte. Macron souhaite la révolution, comme l'annonce le titre de son livre programme, et en cela, nous le rejoignons, mais ce n'est pas à la même que nous aspirons. En attendant, vous êtes les seuls à pouvoir nous aider à poursuivre notre part de résistance. Faites tourner vos Lutopik, abonnez vos amis !

Vous pouvez commander votre numéro (5 €) ou vous abonner (20 €, ou 30 € l'abonnement soutien) sur cette page.

Visite en neuroleptie / « L’injection est prête »

Pour finir avec le petit dossier sur la psychiatrie paru dans Lutopik #2, voici deux témoignages publiés initialement dans la revue Sans Remède n°4.

Visite en neuroleptie

« Allez, j’y vais, comme ça c’est fait ». J’ai honte d’avoir cette pensée, qui pourtant s’incruste avant chaque visite. Plus j’avance dans ce sens, plus je creuse un fossé entre lui et moi.
« Allez, j’y vais, comme ça c’est fait. » Est-ce par obligation ? Par culpabilité ? Avant tout je veux lui montrer par ma présence qu’il n’est pas seul. Pourtant j’ai du mal à y trouver un brin de plaisir. C’est la fin des vacances scolaires. Je ramène A. au train avant d’aller à l’HP de St Avé. Parfois nous y allons ensemble. C’est dur et grisant d’emmener un enfant dans cet endroit, surtout pour y voir son père. Horreurs des visites : 14h30. J’ai une demi-heure d’avance. La réponse, je la connais, mais je demande quand même à la blouse blanche si je peux voir E.. Elle me rembarre avec un sourire qui serait censé me faire patienter calmement. Un sourire qui m’énerve. Un sourire qui mériterait qu’elle le ravale et avec en prime son trousseau de clés, ses cachetons et sa bonne conscience. On ne déconne pas avec les horaires ici, bien que le temps semble ne pas exister.

Pourquoi Sans Remède, l'histoire d'un journal

sans-remede.gifPar l'équipe de Sans Remède

L'objet de ce texte est moins de faire un état des lieux de la psychiatrie en France que d'expliquer pourquoi et pour qui nous avons créé Sans Remède. Nous saisissons cette occasion de raconter comment le pouvoir psychiatrique s'est imposé à nous, comment nous participons et faisons vivre ce journal, les rencontres et discussions qu'il suscite, nos réponses minimales mais nécessaires face à cette institution. Nous sommes bien conscients, évidemment, que la force de nos réponses n'est pas à la hauteur de la violence de la psychiatrie dans nos vies. Il est bien entendu aussi que ce n'est pas en quelques lignes que nous pourrons vous exposer l'ensemble des positionnements de Sans Remède nous vous renvoyons donc au journal lui-même dont tous les numéros sont téléchargeables sur sansremede.fr.

« Devrais-je avoir honte ? » - Témoignage d'une ancienne infirmière en psychiatrie

psy.gifEnfermement, déshumanisation, manque de moyens et de réflexions, la psychiatrie maltraite et est maltraitée. Dans le deuxième numéro de Lutopik, sorti en décembre 2013, nous lui avions consacré un petit dossier sous formes de témoignages de patients, de soignants, de familles de malades. En voici un, écrit par une ancienne infirmière en hôpital psychiatrique. 

Jeune infirmière diplômée d’état depuis 2009, j’ai toujours été passionnée par le domaine de la psychiatrie. Après une expérience dans les DOM-TOM, j’ai en toute logique, à mon retour, postulé au sein de l’hôpital psychiatrique le plus proche de chez moi. Mon désir de travailler en psychiatrie était animé par la volonté d’aller à la rencontre de ces patients, de les accompagner, de les écouter, de les connaître… ma réalité allait être toute autre.